Réparation d’un LUMISKY Lucy Play

Introduction

Dernière réparation, un LUMISKY Lucy Play qui a été branché en 12V au lieu des 5V. Du coup, le régulateur de charge de la batterie Li-Ion a chauffé et a cassé. Un remplacement du TP4056 permet de récupérer la charge de la batterie. Mais ce n’est pas le seul problème. Quand on appuie sur le bouton poussoir, le circuit démarre mais quand on relâche le bouton le circuit s’arrête. Il n’y a pas de verrouillage de l’alimentation. C’est le circuit intégré en charge du verrouillage qui ne fonctionne plus. Impossible de savoir la référence de ce circuit, le marquage a été retiré. Il est donc nécessaire de contourner ce circuit.

Les fonctions du bouton poussoir sont:

  • Mettre le circuit sous tension (fonction ON)
  • Indiquer au micro-contrôleur un changement de mode
  • Indiquer une mise à l’arrêt via un appui long

Réalisation de la fonction ON / OFF / Push

Pour réaliser cette fonction, on va détecter un appui long pour la mise ON et OFF. Et les impulsions brèves seront envoyé au circuit existant sans déclencher la mise ON et OFF. Pour cela on va utiliser les deux bascules D d’un 74HC74.

Alors comment ça marche. MN1 permet de déterminer si c’est un appui long. Pour cela, on temporise l’entrée horloge avec un montage RC composé de R10 et C9. Si l’appuie est suffisamment long, l’horloge passera à l’état haut après l’entrée data. La sortie prendra alors la valeur de l’entrée.

Mais comme l’horloge est temporisée, elle reste à un état haut plus longtemps que la l’entrée data. On va donc utiliser le fait que les bascules D copient l’entrée vers la sortie tant que l’horloge est à un état haut. La sortie de MN1 fera donc une impulsion si on appuie longtemps.

MN2 est un montage plus classique. Il inverse la sortie ON/OFF à chaque coup d’horloge. Ainsi, à chaque appuie long, MN2 inverse la sortie ON/OFF. Il suffira alors de connecter la sortie ON/OFF sur la commande de l’alimentation. Au premier appui long, le circuit est mis en route et au suivant, le circuit sera arrête.

Les impulsions brèves, peuvent être interprétées par le microcontrôleur sans affecter le circuit d’alimentation.